Séminaire du Pôle de recherche en Cancérologie - Sébastien Penninckx, PMR-LARN & URBC

  • When Dec 08, 2017 from 12:45 PM to 01:45 PM (Europe/Brussels / UTC100)
  • Where UNamur
  • Contact Name
  • Add event to calendar iCal

"Quand la nanotechnologie rencontre l’oncologie"

Séminaire donné par  

Sébastien Penninckx

Doctorant à l'UNamur

Centre de Recherche en Physique de la Matière et du Rayonnement (PMR-LARN) - Prof. S. Lucas
Unité de Recherche en Biologie Cellulaire (URBC) - Prof. C. Michiels

 

Abstract

A l’heure actuelle, la plupart des patients souffrant d’un cancer sont traités par radiothérapie conventionnelle seule ou en combinaison avec d’autres traitements. Cette technique consiste à délivrer une dose létale de radiations ionisantes, classiquement des rayons X, au sein de la tumeur. Malheureusement, la radiothérapie moderne est encore limitée par les dommages collatéraux occasionnés aux tissus sains entourant la tumeur. Ainsi, l’un des défis actuelconsiste à optimiser la fenêtre thérapeutique, c’est-à-dire maximiser la différence entre la dose de radiation délivrée au sein de la tumeur et dans les tissus sains environnants. L’utilisation de protons en lieu et place des rayons X cadre avec cette démarche car les particules chargées permettent d’assurer un meilleur ciblage tumoral. En parallèle, le développement grandissant de la nano-médecine offre la possibilité de tirer profit de matériaux nanométriques pour diverses applications allant du diagnostic à la thérapie.

Au sein de NARILIS, nous étudions l’impact de traitements combinant l’utilisation de particules chargées et de nanoparticules d’or sur diverses lignées cellulaires. Récemment, nous avons mis en évidence la capacité de nanoparticules d’or à radiosensibiliser les cellules en amplifiant les effets du traitement radiothérapeutique. Ainsi, une augmentation significative de la mort cellulaire a été démontrée avec des amplitudes qui dépendent du type cellulaire considéré. Afin de rationaliser nos observations, diverses voies métaboliques ont été étudiées menant à l’identification d’une nouvelle cible potentielle et ouvrant ainsi des pistes sur le mécanisme radiosensibilisant de ces nano-objets. En parallèle, la modification chimique des nano-objets est étudiée afin de permettre une accumulation hautement sélective de ceux-ci dans les tumeurs.

Ensemble, nos recherches permettent d’améliorer nos connaissances de l’interaction complexes entre les nanomatériaux, les cellules et des radiations ionisantes. Ceci permettra à terme de maximiser l’effet d’amplification et donc de réduire la dose totale délivrée au patient, augmentant ainsi les chances de curabilité et la qualité de vie des patients.